Chienne d'histoire / un film de Serge Avedikian et Thomas Azuélos

Vidéo

Avedikian, Serge. Monteur | Azuélos, Thomas. Illustrateur

Edité par Sacrebleu Productions - 2008

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Un beau matin. Ligne de vie / un film de Serge Avédikian | Avedikian, Serge. Monteur

Un beau matin. Ligne de vie / un film de Serg...

Vidéo | Avedikian, Serge. Monteur | 2005

Cour[t]s de cinéma = courts de cinéma. 2 / 6 films de Serge Avédikian, Marie-Agnès Bourillon, Emmanuelle Chevalier ... | Avedikian, Serge. Monteur

Cour[t]s de cinéma = courts de cinéma. 2 / 6 ...

Vidéo | Avedikian, Serge. Monteur | 2006

Vingt ans après. Que sont mes camarades devenus... / Serge Avedikian, Jacques Kebadian, réal. | Kebadian, Jacques. Monteur

Vingt ans après. Que sont mes camarades deven...

Vidéo | Kebadian, Jacques. Monteur | 2006

Serge Avedikian est né en 1955 à Erevan et en est parti en 1970... Il revient, une douzaine d'années plus tard, sur les lieux de son enfance... Un beau film nostalgique sur la société arménienne... + "Vingt ans après" Vingt ans de...

Chargement des enrichissements...

Avis

Avis des professionnels

  • Mort de masse sur l'île d'Oxia 5/5

    Chienne d’histoire est un court métrage d’animation qui date de 2010 et il est signé du cinéaste français d’origine arménienne Serge Avédikian. La même année, le film a eu la Palme d’Or du court-métrage au Festival de Cannes. Si les points communs avec "L’Île aux chiens" de Wes Anderson sont nombreux, Chienne d'histoire est pourtant plus intéressant. Plus âpre et moins pop, il traite d’un fait historique survenu en 1910 à Constantinople où les chiens errants de la ville, en surnombre, ont été envoyés sur une île déserte au large, l’île d’Oxia. Et ils y sont tous morts de faim. Entre cette mort de masse organisée et le massacre du peuple arménien il n'y a que cinq ans, terrible proximité. Les chiens représenteraient ainsi les premières victimes émissaires pour parler comme René Girard et la répétition annoncerait le génocide du peuple arménien. Du crime contre le chien au crime contre l'humain, il n'y avait qu'un pas à franchir, Milan Kundera en parle dans "L'Insoutenable légèreté de l'être", une série comme "The Leftovers" aussi. Ce pas qui est un saut dans l'horreur a été franchi à cinq ans d'intervalle dans la même ville de Constantinople.

    Doggy Jones - Le 03 avril 2021 à 11:33